« Les journées des 15 et 16 janvier ont constitué un pic de douceur sur une grande partie nord de l’Europe, a expliqué Météo-France le 17 janvier 2020. La journée du 16 janvier a été très douce (+5 degrés au-dessus des normales), mais ce sont surtout les températures maximales qui ont été plus remarquables, avec des excédents atteignant très souvent 6 à 8 degrés, voire 8 à 10 degrés du Val de Loire au quart nord-est, mais également du Béarn au Pays basque. Deux records mensuels ont même été enregistrés en Touraine, à Reignac et Amboise, avec 16,2°C. »

Le restant de l’Europe concerné

Une grande partie du nord de l’Europe a aussi connu deux journées parfois exceptionnellement douces. Cette extrême douceur s’étend jusqu’au nord-ouest de la Russie où les anomalies de température maximale ont généralement dépassé les dix degrés. Un nouveau record mensuel a également été relevé à Copenhague (11,9°C le 15), à 0,5°C du record mensuel danois tandis que le record mensuel national suédois était approché de 0,3°C (12,1°C à Oskarshamn le 15). D’autres records mensuels ont été battus localement, comme en Allemagne où la barre des 14°C a été franchie ces deux journées.

La douceur marque toutefois une pause cette semaine sur l’ouest de l’Europe. Un vaste anticyclone a pris en effet ses racines au niveau des îles britanniques. Il est à l’origine d’un apport d’air plus frais dans des courants de nord-est. Mais le reste de l’Europe, et notamment le nord-est, va rester à l’écart de ce rafraîchissement.

Flux durable

La prévision à plus longue échéance (1) fait état de probabilités assez fortes d’établissement d’un flux d’ouest à sud-ouest durable et doux circulant sur le nord de l’Europe. « Attention toutefois, il n’est pour autant pas exclu qu’un temps passagèrement plus frais se produise à une échelle géographique inférieure », souligne Météo-France.

C.F.

(1) Prévisions d’ensemble du modèle EPS (Ensemble Prediction System) du Centre européen de prévisions à moyenne échéance.