Selon les estimations au 1er février 2018, d’octobre à avril, les superficies en chicorée d’hiver de la campagne atteignent 950 ha, soit une baisse de 5 % sur un an. Les surfaces de chicorée frisée, qui représentent 55 % des superficies, seraient en recul de 4 %, et celles de scarole de 5 %, selon la note Agreste publiée par le ministère de l’Agriculture le 21 février 2017.

44 millions de têtes

Quelque 44 millions de têtes de chicorée d’hiver ont été produites, dont 77 % récoltées dans le bassin Sud-Est. Une production en repli de 7 % par rapport à la campagne d’hiver de 2016-2017, et de 6 % par rapport à la moyenne de 2012-2016. « Cette baisse de la production est en lien avec celle des surfaces aussi bien pour le plein champ que pour le sous-abri », précise le ministère.

D’octobre 2017 à janvier 2018, les prix de la chicorée sont restés fermes,. « Légèrement inférieurs de 2 % à la moyenne de 2012 à 2016 en octobre, ils ont augmenté en moyenne de 15 % au cours des mois de novembre et décembre. En janvier, les prix se sont infléchis de 7 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes. »

Un marché déséquilibré en 2017

« Ils sont inférieurs de 69 % à janvier 2017 qui avait été marqué par l’envolée des cours. » En effet, l’hiver 2017 marqué par le froid et le gel avait endommagé les cultures légumières, en France et en Europe du Sud. Conséquence : un marché européen déséquilibré, et une forte hausse des prix de la chicorée et de la laitue à partir de janvier.

Au cours de la campagne d’hiver de 2017-2018, en cumulé d’octobre à décembre, les importations de chicorées affichaient 9 010 tonnes, soit un bond de 32 % sur un an. Les exportations sont quant à elles de 2 600 tonnes, en baisse de 19 %. « Le déficit des échanges s’est accru de 27 % entre les deux campagnes sur cette période », calcule le ministère.