Les conditions de cultures bonnes à très bonnes se sont légèrement dégradées dans la semaine du 3 au 9 mars 2020. Elles sont passées de 64 à 63 % pour le blé tendre (85 % en 2019 à la même période) et de 65 à 63 % en orge d’hiver (81 % en 2019). Elles sont restées stables à 67 % pour le blé dur (80 % en 2019).

Au 9 mars 2020, 98 % des blés tendres ont atteint le stade du début du tallage et le stade de l’épi à 1 cm évolue de 7 à 15 % (14 % en 2019).

Toutes les orges d’hiver sont désormais au stade du début du tallage et le stade de l’épi de 1 cm évolue, quant à lui, de 5 à 11 %.

L’orge de printemps ne bouge pas

Il reste 5 % des blés durs à semer et 94 % d’entre eux ont atteint le stade de la levée (99 % en 2019). Le stade du début du tallage concerne 83 % des parcelles (95 % en 2019) et présente un retard de 11 jours par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le stade de l’épi de 1 cm évolue de 20 à 24 % (29 % en 2019), et le stade des 2 nœuds de 2 à 3 %.

Peu d’évolution du côté des semis d’orge de printemps durant la semaine du 3 au 9 mars, qui passent de 33 à 34 %, quand 96 % étaient effectués l’année dernière à la même date. Le stade de la levée concerne un quart des parcelles (31 % en 2019) et le stade du début du tallage évolue de 10 à 12 % (12 % en 2019 également).

> Voir aussi : Tour de plaine - Les pluies incessantes chamboulent les travaux (12/03/2020)

J. Papin