L’agriculture est l’un des secteurs économiques les plus impactés par le changement climatique, souligne une étude américaine publiée en mai 2017 (en anglais). Les chercheurs ont modélisé cet impact sur les rendements de blés et d’orges en France grâce à un panel de données météorologiques et de rendements de 1950 à 2015. Résultat : quels que soient les scénarios envisagés, les températures devraient augmenter en France d’ici à la fin du siècle et peser sur les rendements des céréales.

À moyen terme (2037-2065) et à niveau technique constant, les pertes de rendement en blé sont estimées entre 3,5 et 13 % et entre 2 et 12 % pour l’orge d’hiver. Celles de l’orge de printemps seraient plus conséquentes : entre 7 et 25 %. Les chercheurs expliquent que l’orge d’hiver serait plus résistante à l’augmentation des températures que les variétés de printemps. L’étude souligne d’ailleurs que la part des surfaces semées en orge d’hiver en France est passée de 21 % pour la période 1951-1960 à 70 % pour la période 2006-2015.

Impact positif du progrès technique

Cette diminution des rendements liée à l’augmentation des températures devrait être contrebalancée par le progrès technique, précise l’étude. Sur la période 1977-2005, le progrès technique aurait permis une augmentation des rendements de blé en France de 1,69 % par an. Sous l’effet combiné du changement climatique et du progrès technique, les rendements en blé et d’orge devraient donc augmenter, sauf pour les scénarios les plus extrêmes. Dans l’un des scénarios intermédiaires, le modèle prévoit ainsi une augmentation des rendements de blé de 9 % d’ici à la fin du siècle.

A.M.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en hausse sur Euronext dans un marché tendu

Les prix du blé étaient en hausse ce mercredi 22 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen. Le contexte mondial reste tendu en dépit des bons chiffres d’exportation européens.