Au cours de la semaine écoulée, les prix sur le marché mondial sont, pour la plupart, restés orientés en baisse, étant donné les fortes disponibilités mondiales, tant en blé qu’en maïs, et les incertitudes concernant les importations de l’Égypte imposant la tolérance zéro sur l’ergot.

Les blés de la mer Noire ont perdu 1 $/t tant pour la qualité meunière que fourragère, alors que les blés US (américain) se sont affaissés de 2 à 3 $/t selon les qualités. Les blés français de qualité meunière ont, eux, résisté à cette pression baissière : à Rouen, le blé meunier a gagné 3 €/t (à 157 €/t) alors que le blé fourrager rendu Rouen a cédé 2 €/t (à 143 €/t).

FranceAgriMer a publié cette semaine une mise à jour des bilans français de céréales. En blé tendre, il prévoit ainsi la récolte à 28,4 Mt en recul de plus de 12 Mt par rapport à l’an dernier. Il prévoit des exportations vers les pays tiers à 4,7 Mt, soit presque 8 Mt de baisse par rapport à l’an dernier.

Nous travaillons de notre côté avec des estimations de production et d’exportations légèrement plus élevées. Du côté des exportations, la différence réside dans le fait que nous prévoyons que la France, malgré les problèmes qualitatifs, parviendra à maintenir ses parts de marché vers l’Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, Cameroun, Mali, Sénégal).

Le ton monte entre Moscou et Le Caire

Du côté de l’Égypte, la tolérance « zéro ergot » continue de perturber les importations puisqu’aucun exportateur n’a répondu à l’appel d’offres lancé le 15 septembre. D’ailleurs le ton monte entre l’Égypte et la Russie, car cette dernière a annoncé qu’elle pourrait bannir l’importation de certains produits égyptiens (agrumes notamment). Il s’agit d’une mesure de représailles au blocage de bateaux russes en attente d’inspection par les autorités égyptiennes pour vérifier la présence d’ergot.

En maïs, l’écart continue de se creuser entre l’origine française, soutenue par la chute de récolte, et le marché mondial. Le prix des maïs français n’a pas varié à 160 €/t en rendu Bordeaux et 180 $/t en Fob Bordeaux. En revanche, les maïs ukrainiens ont perdu 10 $/t (162 $/t Fob) tandis que les maïs argentins et US ont cédé 5 et 4 $/t à respectivement 170 et 159 $/t Fob.

Suite à cette baisse, la différence entre le prix de seuil pour l’entrée dans l’Union européenne (155 % du prix d’intervention) et le prix US délivré Rotterdam est maintenant positive. Cette différence sert de calcul pour le déclenchement du droit à l’importation qui s’applique sur tous les maïs importés dans l’UE. On pourrait donc voir l’instauration prochainement d’un droit à l’importation pour les maïs pays tiers.

Début de récolte du maïs en mer Noire

La récolte de maïs a débuté en mer Noire (Bulgarie, Roumanie, Ukraine) et en France (ensilage surtout). Étant donné les baisses de rendement prévues et le déficit en fourrage, on s’attend à des transferts significatifs de surface entre le grain et l’ensilage. Comme attendu par les opérateurs, l’USDA (ministère américain de l’Agriculture) dans son dernier rapport mensuel a légèrement diminué sa prévision de production américaine de maïs, qui reste néanmoins à un niveau record.

L’orge fourragère continue à céder du terrain : elle perd 4,50 €/t en Fob Moselle (à 127 €/t), alors que le prix des orges de la mer Noire varie peu (- 0,50 €/t pour l’origine russe à 153 €/t et - 1 $/t pour les orges ukrainiennes à 153 $/t). Les orges françaises, à 151 $/t Fob Rouen, sont maintenant moins chères que leurs homologues russes et ukrainiennes.

Les orges brassicoles ont également vu leurs prix baisser : - 2 €/t pour les orges d’hiver à 175 €/t Fob Creil, et - 4 €/t pour les variétés de printemps à 188 €/t. Néanmoins, la prime brassicole (différence entre prix brassicoles et fourragers) reste très élevée : aux alentours de 50 €/t en hiver et 60 €/t en printemps, ce qui reflète bien la tension du bilan brassicole européen.

Bonnes perspectives de récolte en soja

Les prix de la graine de soja ont nettement reculé par rapport à la semaine dernière, avec un repli de plus de 15 $/t à Chicago. La dernière publication de l’USDA et notamment sa révision en hausse de la prévision de production mondiale 2016/2017 à 330 Mt et américaine à 114 Mt, a constitué le principal facteur baissier.

En effet, les conditions de culture continuent d’être exceptionnelles. Un temps un peu trop humide durant la moisson, imminente, pourrait légèrement tempérer les rendements attendus, sans toutefois empêcher que la récolte américaine n’atteigne un nouveau record. Les stocks mondiaux de soja prévus à la fin septembre 2017 ont été par ailleurs revus en hausse de près d’1 Mt par l’USDA à 72,2 Mt.

Les agriculteurs devraient chercher à commercialiser rapidement leur soja afin de pouvoir accueillir une récolte de maïs pléthorique. Ce qui devrait peser sur les prix durant les prochaines semaines. Les disponibilités brésiliennes en soja ont été de plus revues en hausse par des analystes locaux.

Le colza sous pression

La baisse du soja a également mis les prix du colza sous pression. Le recul des cours de l’huile de palme et du pétrole ont aussi contribué cette semaine au déclin de la graine. Le colza hexagonal a ainsi perdu 3 €/t rendu Rouen, à 373 €/t, alors que le fob Moselle a vu son cours reculer de 5,50 €/t à 373 €/t. Les cours sur la plateforme Euronext sont en revanche presque inchangés cette semaine à 378 €/t.

En outre, le report des négociations entre la Chine et le Canada concernant la qualité du canola canadien, ainsi que la révision en hausse de la récolte de canola au Canada, n’ont pas été sans conséquence sur le cours de ce dernier. Le canola a cédé près de 12 $/t à Winnipeg à 345 $/t. Enfin, les perspectives de récoltes encourageantes en Australie du fait des bonnes conditions climatiques localement, ont également pesé sur les cours.

Les prix du tournesol ont subi l’influence baissière des autres graines tandis que la récolte mondiale est en cours et que les graines de tournesol devraient bientôt affluer sur le marché. Les cotations ont reculé de 5 €/t à Saint-Nazaire à 355 €/t.

Les tourteaux en baisse dans le sillage de la fève

Les prix du tourteau de soja sont en net recul cette semaine, dans le sillage de la graine. Ils sont en retrait de 13 $/t à la bourse de Chicago à 340 $/t, tandis qu’ils perdent 7 €/t à Montoir à 338 €/t.

La cotation du pois fourrager départ Marne (en nominal) est en très légère progression de 2,50 €/t cette semaine, à 217,50 €/t. Les faibles volumes récoltés soutiennent les prix.

À suivre : retour de récolte de maïs dans l’hémisphère nord (Europe, mer Noire et US), résultats de panification des blés français, retours sur la récolte US de soja, premiers résultats de moisson en Mer Noire (tournesol)

Tallage
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli sur Euronext

Les marchés restent volatils, avec les incertitudes liées à la situation géopolitique sur le bassin de la mer Noire et les conditions climatiques.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza progresse sur Euronext

Les cours sont en hausse à l’ouverture d’Euronext ce vendredi 20 mai 2022, après avoir clôturé la veille à la baisse, faisant suite à la levée de l’embargo Indonésien sur les exportations d’huile de palme.