Au Brésil, la récolte de céréales et d’oléagineux devrait cette année augmenter de 4,1 % en 2019-2020. C’est ce qu’indique le nouveau rapport de la Conab (Compagnie nationale d’approvisionnement brésilienne) paru le 10 mars 2020. Ces estimations sont actualisées tous les mois.

Croissance des surfaces

Toujours selon la Conab, le Brésil devrait ainsi produire 251,9 millions de tonnes de céréales et d’oléagineux, soit 0,3 % de plus que ce que cet organisme avait annoncé en février 2020. La récolte totale de céréales et d’oléagineux dépasserait alors les 242 millions de tonnes engrangées en 2018-2019.

La surface affectée aux cultures devrait augmenter de 2,4 % par rapport à l’an dernier. Les cultures sont « favorisées par la bonne distribution des pluies dans la majorité des États », précise la Conab. Les assolements devraient atteindre 64,78 millions d’hectares, un record « influencé principalement par la croissance des surfaces de soja et de maïs ».

La production brésilienne dépasserait celle des États-Unis

Le soja occupe plus de la moitié de la surface dédiée aux céréales et oléagineux au Brésil. Le maïs, le riz, le soja et le coton représentent 95 % de la production totale. La production de soja en 2019-2020 est estimée à 124,2 millions de tonnes, soit son meilleur niveau historique, et ce malgré un début difficile en raison du retard des pluies lors des semis.

Le Brésil est historiquement le deuxième producteur de soja derrière les États-Unis. Tous les indicateurs tendent cette année vers le scénario d’une prédominance de la production de soja brésilienne face au géant américain. La production étasunienne s’est effondrée, selon les données du département américain de l’Agriculture (USDA).

La production de maïs doit atteindre 100,1 millions de tonnes, un niveau similaire à celui de 2018-2019. Cette stabilité s’explique par un « retard des semis de soja dans tout le pays », qui pourrait avoir « raccourci la fenêtre de semis favorable au maïs de deuxième récolte », précise la Conab. Le maïs obtenu en deuxième récolte représente 73 % de la production totale.

AFP