L’impact des fortes chaleurs de ces derniers mois sur les végétaux est peu connu et inquiète. C’est pourquoi des chercheurs du CNRS et de l’Inra souhaitent identifier les espèces qui ont souffert de ces conditions exceptionnelles. Tela Botanica invite donc les citoyens à répertorier le type de dégâts, liés à la canicule, qu’ils ont pu observer sur les plantes.

Ce recensement peut se faire sur le site de Tela Botanica via un outil de saisie des données botaniques développé spécialement dans le cadre de cette action.

Tela Botanica précise que les dommages observés ne doivent pas être confondus avec les effets de la sécheresse, mais correspondre à des symptômes tels que des brûlures ou des dessèchements soudains.

Changement climatique

Dans un rapport publié en 2014, les experts du Giec signalent que « si les tendances sur les émissions des gaz à effet de serre ne changent pas, ces fortes chaleurs pourraient devenir de plus en plus fréquentes ».

Un tel recensement est donc important pour prévenir et anticiper l’impact de ces phénomènes climatiques qui seront plus courants dans les années à venir. Les données permettront de « comprendre le niveau de sensibilité des différentes espèces à ces événements extrêmes ».

M.B.