Dans un communiqué de presse paru le 1er octobre 2020, le CNIPT (comité national interprofessionnel de la pomme de terre) fait état de la progression des ventes de pommes de terre françaises en 2019-2020 pour la quatrième campagne consécutive.

Elles dépassent les trois millions de tonnes (Mt) pour la première fois, à 3,1 Mt, soit une hausse de 2 % par rapport à la campagne précédente. Cette croissance est de 10 % en comparaison à la moyenne triennale.

Le chiffre d’affaires progresse de 11 %

Le chiffre d’affaires des ventes à l’étranger atteint 678 millions d’euros, soit une progression de

11% sur la moyenne triennale (mais une baisse de 11% par rapport à la campagne exceptionnelle de 2018-19).

Si les ventes de pommes de terre de conservation ont démarré « dès l’automne sur un rythme positif », elles ont été « en dent de scie » durant la saison hivernale. La France signe une « performance » sur l’Europe de l’Est où elle a profité de circonstances favorables (avec le recul des disponibilités dans des gros pays producteurs de ces régions tels que la Pologne ou la Roumanie).

> À lire aussi : Marché excédentaire La récolte européenne de pomme de terre augmente (08/09/2020)

Effet Covid

Puis l’effet Covid a boosté les exportations françaises sur la suite de la campagne. « La

France est fortement sollicitée, en particulier sur les mois de mars et avril, pour répondre aux

besoins grandissants sur des produits de qualité supérieure, destinés à la grande distribution locale», développe le CNIPT.

Les ventes se sont ensuite stabilisées sur la fin de la campagne, « sous l’effet conjugué d’un recul des disponibilités françaises et de l’arrivée progressive de variétés précoces dans plusieurs pays européens. »

Premier exportateur mondial

« La France garde sa position de premier exportateur mondial devant l’Allemagne et les Pays-Bas qui exportent respectivement 1,7 Mt et 1,3 Mt en 2019-20 », détaille également le Comité interprofessionnel. La moitié des exportations françaises est à destination de la Belgique, qui reste le premier partenaire de la France, avec 1,5 Mt (- 2 % par rapport à 2018-2019).

Les ventes ont par ailleurs progressé vers l’Espagne (premier client pour le amrché du frais). Elles atteignent 567 124 t, soit une hausse de 5 %. Les exportations affichent une augmentation de 23 % sur un an vers l’Italie.

La progression la plus forte est observée sur les ventes à destination de l’Europe de l’Est, en

progression de 44 % vs 2018-19 (61 % en comparaison de la moyenne triennale), avec 218 075 t.

Isabelle Escoffier