S&P (ex-Standard and Poor’s) a dégradé la note de Tereos de « BB– » à « B+ ». Le deuxième producteur mondial de sucre s’enfonce ainsi dans la catégorie spéculative. S&P a procédé à cette dégradation car le redressement du groupe, affecté par la chute des cours du sucre, est « plus lent qu’attendu ».

Réduire les pertes

Tereos avait annoncé à la mi-novembre avoir réduit sa perte nette au premier semestre de son exercice décalé de 2019-2020, à 21 millions d’euros contre 96 millions d’euros un an plus tôt.

Lors de son exercice précédent, le producteur de sucre avait décuplé sa perte, à 242 millions d’euros.

Voir aussi : Le groupe sucrier Tereos reste positionné sur sa stratégie (12/06/2019)

Pour expliquer la dégradation de la note, S&P évoque également « la persistance des prix bas du sucre au niveau mondial ». En raison de ces deux facteurs, l’Ebitda (excédent brut d’exploitation) ajusté du groupe lors de l’exercice décalé de 2019-2020 devrait être inférieur à la prévision de S&P, qui tablait jusqu’alors sur 500 millions d’euros.

Voir aussi : Tereos à la recherche de gains de compétitivité (07/11/2019)

L’agence de notation a assorti la note de Tereos d’une « perspective stable », ce qui signifie qu’elle n’envisage pas de l’abaisser à nouveau dans les mois à venir. Elle estime que la situation financière du groupe sucrier « devrait progressivement s’améliorer au cours des 12 prochains mois », soutenu notamment par « des revenus conséquents provenant de son activité d’éthanol ».

Voir aussi : Pénalités « excessives » sur les betteraves, selon la Coordination rurale (22/11/2019)

AFP