« Il est prévu des conditions sèches ce week-end sur l’ensemble du Midwest et des températures élevées la semaine prochaine, explique Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. Cela devrait être favorable aux rendements du maïs et du soja et pèse donc sur leurs cours. »

Le blé manque d’eau

Les principales zones de culture du blé dur rouge d’hiver manquent pour leur part d’un peu d’humidité, « ce qui fait monter les cours du blé coté à Kansas City et par ricochet celui du blé coté à Chicago », estime Brian Hoops.

Les chiffres sur les ventes américaines hebdomadaires à l’étranger étaient pour leur part décevants pour le maïs, conformes aux attentes pour le soja et au-dessus des prévisions pour le blé.

Le ministère a par ailleurs fait état dans le système recensant au quotidien les plus grosses ventes à l’étranger d’une commande de 132 000 tonnes de soja destinée à la Chine et d’une commande de 101 600 tonnes de maïs pour une destination non précisée.

Tensions entre Pékin et Washington

Les acteurs du marché ont par ailleurs attendu vendredi une intervention du président américain, qui avait annoncé jeudi son intention de faire une conférence de presse sur la Chine au moment où les tensions entre les deux premières puissances mondiales se multiplient.

Ils veulent savoir si l’accord commercial signé à la mi-janvier, par lequel Pékin s’est engagé à passer d’importantes commandes de soja américain, pourrait être remis en cause. Mais la conférence de presse n’avait toujours pas eu lieu au moment de la clôture du marché.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé vendredi à 3,2575 dollars, contre 3,2750 dollars jeudi (–0,53 %).

Le boisseau de blé pour livraison en juillet, le plus actif, a fini à 5,2075 dollars, contre 5,1450 dollars à la précédente clôture (+1,21 %).

Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé à 8,4075 dollars, contre 8,4700 dollars la veille (–0,74 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé reprend son souffle

Les prix du blé reprenaient leur souffle, vendredi à la mi-journée, au terme d’une nouvelle semaine de hausse, en raison de baisses annoncées de production chez plusieurs grands exportateurs.