« Les prix des produits agricoles ne sont pas affectés lundi par des éléments propres » aux céréales et oléagineux « mais par un sentiment généralisé de peur qui s’est répandu sur l’ensemble des marchés mondiaux », remarque Monica Moehring, de la maison de courtage Allendale, estimant qu’il s’agit d’un « mouvement de panique ».

Conséquences du coronavirus sur la demande en maïs, blé ou soja

Au moins 80 personnes sont mortes en Chine après avoir été infectées par ce nouveau coronavirus, selon un dernier bilan des autorités locales qui multiplient les mesures draconiennes pour freiner la contagion tant à l’intérieur qu’en dehors du pays. Les autorités multiplient un peu partout dans le monde des mesures de précaution aux frontières.

Les acteurs des marchés s’interrogent sur l’ampleur que peut prendre la crise et ses éventuelles conséquences sur l’économie, y compris sur la demande en maïs, blé ou soja.

Les cours du maïs n’ont du coup pas profité de l’annonce d’une nouvelle commande importante dans le système du ministère américain de l’Agriculture recensant au quotidien les plus grosses opérations, la quatrième en trois séances. Il s’agissait cette fois-ci de l’achat de 111 252 tonnes de maïs destinées au Japon.

Le boisseau de soja repasse sous la barre des 9 dollars

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé lundi à 3,8050 dollars, contre 3,8725 dollars à la précédente clôture (–1,74 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mars, également le plus actif, a fini à 5,7225 dollars, contre 5,7350 dollars vendredi (–0,22 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé à 8,9725 dollars contre 9,0200 dollars avant le week-end (–0,53 %). Il repasse ainsi sous la barre des 9 dollars pour la première fois depuis la mi-décembre.

> Voir aussi : cours et marchés agricoles pour la France avec analyses et tendances

AFP

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé hésitant, entre incertitudes sur la demande et craintes météo

Les prix du blé étaient à l’équilibre ce mardi 29 septembre 2020 à la mi-journée, conséquence d’un marché hésitant, partagé entre les incertitudes sur la demande mondiale et les craintes relatives à la météo en Russie et en Amérique du Sud.