« Le maïs et le soja sont clairement affectés par l’effondrement des autres marchés financiers, avec notamment la débandade du marché des actions », remarque Dax Wedemeyer, de US Commodities. Le krach pétrolier, avec le baril de brut coté à New York plongeant de plus de 30 % au début de la séance avant de terminer en baisse de 25 %, a aussi une influence considérable puisque « cela va diminuer le besoin de biocarburant, principalement produit à base de maïs et dans une moindre mesure de soja », ajoute-t-il.

Les fonds spéculatifs s’intéressent au blé

L’annonce d’une vente de 123 500 tonnes de soja pour une destination inconnue n’a pas suffi à rasséréner les investisseurs, qui attendent avec impatience la concrétisation des promesses chinoises d’acheter plus d’oléagineux américain. Les cours du blé de leur côté « profitent de l’intérêt des fonds spéculatifs, qui y voient une opportunité à l’approche du printemps en raison d’un temps particulièrement pluvieux qui pourrait affecter les semis, souligne Dax Wedemeyer. Il est aussi possible que certains profitent de la forte baisse des prix pour liquider leurs positions à la baisse. »

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé lundi à 3,7275 dollars, contre 3,7600 dollars à la précédente clôture (–0,86 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus actif, a fini à 5,1875 dollars, contre 5,1575 dollars vendredi (+0,58 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé à 8,7000 dollars, contre 8,9125 dollars avant le week-end (–2,38 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Sur Euronext, le blé reste dans le vert malgré l’euro

Les cours du blé à terme étaient en légère hausse vendredi 29 mai 2020 en fin d’après-midi sur le marché européen Euronext, malgré l’euro au plus haut depuis deux mois face au dollar.