Pékin a passé vendredi, le 20 mars 2020, sa première grosse commande de produits agricoles américains depuis la signature à la mi-janvier d’un accord commercial préliminaire. « Les courtiers vont observer de près cette semaine si la Chine continue d’acheter des produits agricoles américains et si elle continue de remplir sa part de l’accord commercial de phase un », indiquent les analystes d’Allendale.

Des ports sud-américains au ralenti

Le soja a aussi été porté par des informations selon lesquelles plusieurs ports de l’Amérique du Sud pourraient voir leur activité ralentie, voire fermer en raison de la pandémie de coronavirus, ce qui réduirait les cargaisons de soja et de tourteau de soja. Le maïs a pour sa part continué de reculer, toujours lesté par les difficultés du marché de l’énergie. La céréale entre en effet dans la composition de l’éthanol, utilisé comme biocarburant.

« Les discussions du week-end ont porté sur un ralentissement continu ou une fermeture d’usines d’éthanol aux États-Unis alors qu’il leur est de plus en plus difficile de dégager des profits, indique Christophe Steinhoff, de CHS Hedging. La consommation américaine d’essence et d’éthanol chute alors que de plus en plus de salariés restent chez eux, essayant d’éviter le Covid-19. »

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé lundi à 3,4340 dollars, contre 3,4360 dollars vendredi.

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus actif, a fini à 5,6240 dollars, contre 5,3920 dollars à la dernière clôture.

Le boisseau de soja pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé à 8,8400 dollars, contre 8,6240 dollars vendredi.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les cours du blé et du maïs reculent sur Euronext

Le marché des matières premières agricoles recule depuis le début de semaine. Les prix du blé et du maïs ne font pas exception. Après un net repli à la clôture hier, le 16 août, ils diminuaient plus légèrement ce mercredi matin à l’ouverture d’Euronext.