« Cela fait plusieurs jours que des rumeurs évoquent de possibles grosses commandes de blé par des Chinois. Or encore ce lundi, on n’a rien vu venir » dans le système du ministère américain de l’Agriculture recensant au quotidien les plus importantes transactions, explique Jack Scoville, de Price Futures Group. « On espérait vraiment voir un peu de demande de la part d’acheteurs étrangers mais il faudra encore attendre apparemment », ajoute-t-il.

Le maïs et le soja sous la pression de la météo

Du côté du maïs et du soja, les investisseurs étaient dans l’attente de la diffusion après la clôture lundi du rapport officiel hebdomadaire sur la qualité des récoltes. Entre un temps un peu sec dans certaines zones ces derniers jours et les dégâts de la tempête Derecho dans l’Iowa, « les analystes anticipent un repli de 1 % à 2 % de la proportion de maïs et soja considérés comme bons à excellents », souligne Brian Hoops, de Midwest Market Solutions.

Les prévisions météorologiques font état pour leur part « d’un temps chaud et sec dans la partie ouest de la Corn-belt », le cœur de la zone de production du maïs, ajoute-t-il. D’autres analystes mettaient toutefois en avant l’éventuelle arrivée prochaine des tempêtes tropicales Marco et Laura, qui vont balayer coup sur coup le golfe du Mexique et pourraient apporter des précipitations sur le Midwest dans les prochains jours.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé lundi à 3,4500 dollars, contre 3,4050 dollars à la veille du week-end (+1,3 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,2775 dollars, contre 5,3500 dollars à la précédente clôture (–1,4 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 9,0575 dollars, contre 9,0475 dollars vendredi (+0,1 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs en baisse sur Euronext

Les cours des deux céréales subissent une certaine volatilité, toujours dans le contexte de la guerre en Ukraine. Aux États-Unis, le marché a réagi à la publication du dernier rapport de l’USDA.