Le document, intitulé Wasde, fait état d’une production mondiale de soja en baisse de 1,1 million de tonnes. La récolte est désormais estimée à 384 millions de tonnes. Le recul est attribué à l’Argentine mais aussi aux États-Unis, où l’Indiana, l’Iowa, l’Ohio et le Kansas sont fautifs, privant la production américaine de 23 millions de boisseaux ou un peu plus de 600 000 tonnes.

Consultez les cotations des tourteaux pour l’alimentation animale sur Lafranceagricole.fr

Les stocks de fin de campagne revus à la baisse

Les prévisions de stocks de la fin de la campagne de 2021-2022 ont aussi été recalculées à la baisse, perdant quasi un million de tonnes (0,8 à 103,8). « Les opérateurs attendaient une hausse des rendements pour le soja et ils ont eu une baisse », a commenté Alan Brugler, du cabinet de recherche Brugler Marketing & Management.

Le soja restait sur quatre séances consécutives de baisse et était sous des niveaux techniques, a souligné Alan Brugler, « donc cette petite correction était prévisible » sur la base des chiffres publiés mardi. Le soja est ainsi repassé au-dessus de 12 dollars le boisseau après être descendu lundi jusqu’à 11,87 dollars.

La production de maïs revue à la hausse

En revanche, comme prévu, la production de maïs, mondiale comme américaine, est ressortie plus élevée que le mois dernier. Aux États-Unis, l’USDA prévoit désormais un rendement record de 177 boisseaux par acre (0,4 hectare), soit environ 10,9 tonnes de maïs à l’hectare.

La nouvelle, attendue par le marché, était théoriquement de nature à mettre les cours sous pression, mais les opérateurs ont relevé que les stocks américains avaient légèrement baissé, en bonne partie du fait de l’augmentation de la production d’éthanol.

Le biocarburant présente actuellement des marges intéressantes car le prix du maïs a plutôt ralenti depuis son coup de chaud du printemps, tandis que les prix du carburant sont très supérieurs à leur niveau de l’an dernier.

Dans le sillage du blé

Pour Alan Brugler, le maïs a aussi suivi le blé, qui est enfin sorti mardi des méandres dans lesquels il se trouvait depuis son plus haut de neuf ans (8,07 dollars), une semaine plus tôt.

La céréale a profité d’une révision en hausse des estimations mondiales d’exportations pour 2021-2022 par l’USDA dans le rapport Wasde.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre a gagné 1,36 %, à 7,7850 dollars, contre 7,6800 dollars lundi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre a pris 0,58 %, à 5,5475 dollars, contre 5,5150 dollars à la clôture précédente.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a bondi de 1,97 %, à 12,1200 dollars, contre 11,8850 dollars.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les céréales hésitantes sur le marché européen

Les prix du maïs étaient hésitants ce lundi 17 janvier 2022 après-midi sur Euronext, dans un contexte de légère détente alors que les premières pluies arrivent sur le sud du Brésil et sur l’Argentine.