« L’annonce par le ministère américain de l’Agriculture d’une commande de 400000 tonnes de soja par les Chinois a apporté du soutien au cours de l’oléagineux », a observé Brian Hoops de Midwest market solutions. Les acteurs du marché ne peuvent que constater que, depuis plusieurs semaines, les Chinois multiplient les commandes de produits agricoles américains, comme ils s’y étaient engagés dans l’accord signé en janvier avec Washington.

Des investisseurs sur leurs gardes

Les investisseurs restent par ailleurs sur leurs gardes « alors que la météo continue à faire craindre des problèmes de production au-delà de la tempête qui a frappé le Midwest le 10 août » 2020, remarquent les analystes de la maison de courtage Allendale. Cette tempête a particulièrement ravagé certaines zones de l’Iowa, important producteur de maïs.

Les cours du maïs avaient bondi mardi après un rapport montrant que la qualité des cultures aux États-Unis s’était dégradée bien plus que prévu au cours des derniers jours. Toutefois, ajoutent les analystes d’Allendale, « il est prévu que la chaleur et le manque d’humidité dans certaines zones s’apaisent dans les prochains jours ».

Le prix du blé, pour sa part, a pu profiter mercredi d’un affaiblissement du dollar à l’approche de la fin de la séance. Un billet vert moins cher rend en effet les produits agricoles américains plus compétitifs sur le marché mondial.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mercredi à 3,5425 dollars contre 3,5450 dollars la veille (-0,03 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,3975 dollars contre 5,3550 dollars à la précédente clôture (+0,8 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 9,2425 dollars contre 9,2025 dollars mardi (+0,4 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs en baisse sur Euronext

Les cours des deux céréales subissent une certaine volatilité, toujours dans le contexte de la guerre en Ukraine. Aux États-Unis, le marché a réagi à la publication du dernier rapport de l’USDA.