Le secrétaire américain à l’Agriculture (USDA), Tom Vilsack, a affirmé jeudi 20 janvier 2022 devant une commission de la Chambre américaine des représentants que la Chine n’avait jusqu’ici pas honoré ses engagements d’achats de matières premières au terme de la phase 1 de l’accord commercial signé sous l’administration Trump.

Les rumeurs vont bon train

« Le travail est de toute évidence inachevé avec la Chine pour ce qui est de la phase 1 de l’accord et nous continuons de presser la Chine d’accroître ses achats », a indiqué le ministre.

Il a précisé que Pékin était en retard de 13 milliards de dollars dans les achats de produits agricoles.

Dans le même temps, les rumeurs allaient bon train sur le marché selon lesquelles la Chine aurait acheté un certain volume de soja ces derniers jours. Le cours de l’oléagineux a terminé en hausse de près de 2,5 %.

« Il y a de solides rumeurs selon lesquelles la Chine est actuellement sur le marché et a acheté du soja ces derniers jours », a affirmé à l’AFP Dan Cekander, de DC Analysis. Selon lui, les opérateurs sur les marchés parlent de négociations en cours avec Pékin pour « possiblement éliminer certains tarifs sur des biens chinois importés (aux États-Unis) si la Chine remplit les conditions de l’accord ». « Ils n’ont pas rempli les termes de l’accord deux années de suite mais cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas rattraper ou au moins faire mieux », a ajouté l’analyste.

En outre, autre argument en faveur des cours de l’oléagineux, « les courtiers continuent de croire que les estimations de l’USDA pour la production brésilienne sont trop hautes ». Et ce malgré, l’abaissement par l’USDA mercredi, de l’estimation de la production du Brésil, producteur majeur de soja, de 3 millions de tonnes à 136 millions de tonnes, du fait de conditions climatiques très défavorables.

Le temps continuait d’être sec dans le sud du Brésil, ce qui soutenait encore les cours.

La pluie a en revanche arrosé l’Argentine et ses cultures de maïs, ce qui a tempéré la montée des cours.

Le blé, pour sa part, s’est rétracté alors que la vive hausse des derniers jours a suscité des prises de profits sur la céréale.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars 2022 a lâché 0,78 %, à 7,9025 dollars contre 7,9650 dollars mercredi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison le même mois est resté stable, à 6,1100 dollars contre 6,1050 dollars (+0,08 %).

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en mars a grimpé de 2,47 % après déjà +2,20 % la veille, à 14,2575 dollars contre 13,9125 dollars la veille.

AFP