« C’est la première fois depuis 14 jours qu’on n’a pas eu de commande de soja de la Chine, c’est peut-être ce qui donne l’occasion au marché de faire une pause », a noté Jason Britt, de Central States Commodities.

Selon lui, l’augmentation des prix du soja, à la hausse pendant 14 jours sur 17, méritait « une correction peut-être saine ». Pour la première fois depuis deux semaines, le ministère de l’Agriculture américain n’a pas mentionné jeudi de commandes de céréales à l’exportation.

Autre nouvelle affaiblissant les prix, les débuts de la récolte sont positifs et le climat est favorable, a souligné cet analyste.

De bonnes récoltes en perspective

Les rapports venant des États-Unis « montrent que les récoltes se passent mieux que prévu après les températures froides de la semaine dernière », a affirmé dans une note Ami Heesch, de CHS. Des informations venant de l’Argentine, grande productrice de soja, indiquent aussi que des conditions météo plus humides sont attendues, qui devraient atténuer la sécheresse et profiter à la future récolte.

Du côté du maïs, qui a terminé en baisse également, les premiers rapports de récolte sont également conformes aux prévisions « malgré les conditions très sèches qui ont prévalu avant la récolte ».

Les acteurs sur les marchés surveillaient aussi l’évolution du dollar qui, après s’être nettement raffermi ces derniers jours, se stabilisait face à l’euro, apportant un soutien au cours du blé, qui s’inscrivait légèrement en territoire positif. Un dollar moins fort favorise les exportations américaines de blé.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé jeudi à 3,6350 dollars, contre 3,6850 (–1,35 %) mercredi.

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini en légère hausse, à 5,4925 dollars, contre 5,4900 dollars la veille (+0,04 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a conclu à 10,0000 dollars, contre 10,1450 dollars à la précédente clôture (–1,43 %).