Le gouvernement américain a fait part d’une commande à l’exportation de 327 000 tonnes de soja américain de la campagne de 2020-2021, qui doivent être livrés à la Chine. Cette annonce fait suite à une série de commandes chinoises pour l’oléagineux américain, l’un des produits agricoles phares importés par Pékin.

La Chine aux achats

« On peut s’attendre à l’annonce de ventes supplémentaires dans les prochains jours car la rumeur court que la Chine a acheté 10 cargaisons lundi », souligne Brian Hoops, président de la maison de courtage Midwest Market Solutions.

Le blé et le maïs ont profité de l’élan du soja pour s’apprécier également. Par ailleurs, la production d’éthanol à l’issue de la semaine achevée le 11 septembre a chuté, selon un rapport hebdomadaire publié par l’Agence américaine d’information sur l’énergie, passant de 941 000 barils à 926 000 barils.

Une partie importante de la production américaine de maïs sert à la fabrication de l’éthanol, utilisé comme biocarburant. En revanche, notent les analystes d’Allendale, « le marché ne manifeste aucun signe d’inquiétude quant à la trajectoire actuelle de l’ouragan Sally », qui balaie le sud-est des États-Unis. Ce dernier « pourrait perturber la récolte en cours, mais ne devrait pas avoir d’impact sur les rendements », notent-ils.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mercredi à 3,7175 dollars, contre 3,6600 dollars la veille (+1,6 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,4200 dollars, contre 5,3825 dollars à la précédente clôture (+0,7 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 10,1125 dollars, contre 9,9150 dollars mardi (+2,0 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Petit rebond technique pour les céréales après une séance chahutée

Les céréales connaissaient un petit rebond technique, vendredi 18 juin 2021 après-midi, compensant, pour partie seulement, les pertes subies la veille dans le sillage de Chicago en raison d’une conjonction de facteurs.