Après plusieurs séances de repli face à un panier d’autres devises, le billet vert est reparti à la hausse, porté par une baisse surprise du chômage aux États-Unis, selon le rapport mensuel du département du Travail. La hausse de la devise américaine a tendance à peser sur le prix des produits agricoles, libellés en dollars, les rendant plus chers pour les investisseurs munis d’autres devises.

> À lire aussi : Marchés des grains, l’euro pèse sur les prix (05/06/2020)

Prise de bénéfices

Le cours du blé a également reculé à la Bourse de Chicago après avoir grimpé de près de 2,5 % la veille : de nombreux acteurs du marché ont voulu profiter de ce mouvement pour réaliser des bénéfices en se délestant de leurs contrats.

Pour sa part, le maïs a progressé, porté entre autres par la forte progression des prix de l’or noir vendredi alors que l’Organisation des produits exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires vont se pencher samedi sur la poursuite de leur accord sur les quotas de production.

Une grande partie de la production américaine de maïs est destinée à la fabrication d’éthanol, un biocarburant. Son cours suit donc souvent les mouvements sur le marché du pétrole.

Le cours du soja a lui fini la semaine à l’équilibre après l’annonce de deux nouvelles ventes, respectivement de 258 000 tonnes et de 330 000 tonnes, de l’oléagineux américain, qui doivent être livrées à des destinations inconnues, selon le ministère américain de l’Agriculture.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé vendredi à 3,3125 dollars, contre 3,2900 dollars jeudi (+1,06 %).

Le boisseau de blé pour livraison en juillet, le plus actif, a fini à 5,1525 dollars, contre 5,2375 dollars à la précédente clôture (–1,62 %).

Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé à 8,6775 dollars, comme la veille.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé reprend son souffle

Les prix du blé reprenaient leur souffle, vendredi à la mi-journée, au terme d’une nouvelle semaine de hausse, en raison de baisses annoncées de production chez plusieurs grands exportateurs.