Le Conseil international des céréales (CIC) a annoncé jeudi un léger abaissement de ses prévisions de production de blé pour la campagne de 2021-2022 (de juin à mai). Cela a contribué à orienter le prix de cette céréale à la hausse, de même que le relèvement significatif des taxes imposées par la Russie sur ses exportations de blé.

Un marché inquiet

Mais le marché s’inquiétait aussi de l’arrivée d’une vague de chaleur dans les grandes plaines du centre des États-Unis, à compter de samedi, selon les services de la météorologie nationale (NWS). Elle intervient alors que les fermiers sèment le blé d’hiver, notamment dans le Kansas, de loin le plus gros producteur du pays.

Les agriculteurs attendent ainsi des conditions plus favorables pour planter, a expliqué Alan Brugler, du cabinet de recherche Brugler Marketing & Management. Pour l’instant, « ils jouent dans la poussière et attendent qu’il pleuve ».

Prise de bénéfices

À l’inverse de ce qu’il prévoit pour le blé, le rapport mensuel du CIC a revu à la hausse les prévisions de production de maïs, ce qui a pesé sur les prix, qui ont fini en baisse. Le marché prenait aussi quelques bénéfices après deux séances de hausse et avant le week-end, a analysé Alan Brugler, dans un marché aux faibles volumes, les opérateurs étant davantage concentrés sur la récolte qui approche.

Le rapport hebdomadaire sur l’état des cultures, publié lundi par le ministère de l’Agriculture (USDA), en dira davantage sur la tendance qui s’est dessinée dans la précédente publication, à savoir une maturation plus rapide que l’an dernier et une qualité en amélioration.

Des usines chinoises de trituration à l’arrêt

Quant au prix du soja, il a évolué vendredi dans des marges serrées. L’annonce que plusieurs usines chinoises de trituration du soja avaient été contraintes de suspendre leurs activités a peu fait réagir le marché. « Je m’attends à ce que d’autres usines prennent le relais », a commenté Alan Brugler. « Donc je ne vois pas ça comme une diminution permanente de leur trituration. »

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre a clôturé en hausse de 0,83 %, à 7,2375 dollars contre 7,1775 dollars jeudi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre a terminé à 5,2675 dollars, contre 5,2925 dollars, en repli de 0,47 % par rapport à la veille.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en novembre a conclu à 12,85 dollars, contre 12,8425 dollars, soit une légère hausse de 0,05 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé stable, toujours à un haut niveau

Les prix du blé étaient stables le mardi 26 octobre 2021en fin d’après-midi sur le marché européen, après plusieurs jours de flambée. Au contraire, ceux du maïs étaient dans le rouge.