Comme le blé échangé à Paris, le blé américain profite du nouvel appel d’offres passé par l’Égypte, qui s’ajoute à plusieurs commandes effectuées récemment sur le marché mondial.

Parallèlement, « un repli important des réserves de blé aux États-Unis et une baisse des superficies consacrées au blé d’hiver dans le pays, à son plus bas niveau, suggèrent que l’offre pourrait être plus serrée qu’anticipé », remarque Carsten Fritsch, de la Commerzbank.

Une campagne excédentaire

Toutefois, rappelle-t-il, les dernières estimations du ministère américain de l’Agriculture anticipent au niveau mondial « un surplus de l’ordre de plus de 10 millions de tonnes sur la campagne de 2019-2020 ». Et les problèmes liés à la sécheresse et aux incendies en Australie ont déjà été, selon lui, pris en compte dans le prix de la céréale, qui ne devrait en conséquence plus beaucoup augmenter.

Les acteurs du marché continuaient par ailleurs à se positionner avant la signature mercredi de l’accord commercial partiel entre les États-Unis et la Chine. Le texte du compromis devrait alors être dévoilé dans son intégralité avec, espèrent les analystes, des détails sur les commandes de produits agricoles américains que Pékin s’est engagé à effectuer.

Selon des données des douanes chinoises diffusées ce mardi, les achats de soja américain par Pékin ont déjà augmenté de façon significative en décembre, de 67 % par rapport à l’année précédente. À 9,54 millions de tonnes, il s’agit du plus important volume mensuel de soja américain importé par Pékin en 19 mois. Sur l’ensemble de l’année, la Chine a, au total, acheté 88,51 millions de tonnes, ce qui est un tout petit plus qu’en 2018.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé mardi à 3,8900 dollars, contre 3,8950 dollars la veille (–0,13 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mars, également le plus actif, a fini à 5,6850 dollars, contre 5,6225 dollars à la précédente clôture (+1,11 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé au même niveau que lundi, à 9,4225 dollars.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé est toujours soutenu par Chicago

Les prix du blé poursuivaient, le vendredi 18 septembre 2020 à la mi-journée, leur progression sur le marché à terme, soutenu par des prix russes en forte hausse et une Bourse de Chicago dopée par les commandes chinoises de céréales et oléagineux.