« Il reste encore une part non négligeable de maïs à récolter dans les États du Minnesota, du Dakota du Nord et du Sud, du Wisconsin et du Michigan », remarque Jason Roose, de la maison de courtage US Commodities. Or des chutes de neige freinent les dernières moissons, « ce qui va probablement se traduire par une production totale moins importante que prévu », ajoute-t-il.

Pour Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors, les cours du maïs aux États-Unis sont aussi soutenus par le fait que les agriculteurs ont tendance à conserver le maïs encore à leur disposition en attendant que les prix remontent un peu. « Cela pourrait durer jusqu’au début de l’année prochaine ou jusqu’à la conclusion d’un accord commercial avec la Chine », estime-t-il.

Voir aussi : cours et marchés agricoles avec analyses détaillées pour la France

Les cours du soja restent, pour leur part, minés, selon lui, par l’absence d’avancées dans les discussions entre Washington et Pékin. « Novembre est généralement le mois où les exportations de soja atteignent leur pic et, de fait, les chiffres sur les cargaisons de soja ont, la semaine dernière et dans une moindre mesure cette semaine, été très importants », indique le spécialiste. Mais le Brésil devrait rapidement prendre le relais comme fournisseur de soja de prédilection, une fois que les premières récoltes y seront prêtes, à la mi- ou à la fin de janvier, avance-t-il.

Produits agricoles brésiliens et argentins encore plus compétitifs

En attendant, le président américain, Donald Trump, a annoncé lundi que les États-Unis allaient imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Brésil et de l’Argentine en accusant ces deux pays d’avoir dévalué leur monnaie respective, ce qui affecte, selon lui, les exportations de produits agricoles américains. « Je ne dirai pas que ces pays ont dévalué exprès leur devise mais c’est un fait qu’elles ont baissé par rapport au dollar », remarque Bill Nelson, de Doane Advisory Services. « Cela se traduit pour les agriculteurs brésiliens et argentins par des prix encore plus compétitifs sur le marché mondial », ajoute-t-il.

Les cours du blé, pour leur part, se sont repliés « après avoir bien profité de mouvements techniques la semaine dernière », selon Dewey Strickler. « Fondamentalement, les stocks mondiaux de blé sont à un niveau record et ils sont également largement excédentaires aux États-Unis », note-t-il.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé lundi à 3,8200 dollars, contre 3,8125 dollars vendredi (+0,20 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mars, le plus actif, a fini à 5,3525 dollars, contre 5,4175 à la précédente clôture (–0,20 %).

Le boisseau de soja pour livraison en janvier, le plus échangé, s’est établi à 8,7050 dollars, contre 8,8200 dollars avant le week-end (–0,71 %).

AFP

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé en recul

Les prix du blé reculaient, le lundi 26 juillet 2021 en fin d’après-midi, à la faveur de la progression des moissons et de l’embellie météo en Amérique du Nord.