Dans son rapport annuel sur les surfaces consacrées aux différentes cultures, le ministère de l’Agriculture (USDA) a indiqué que les agriculteurs américains avaient planté du maïs sur une surface totale de 37,2 millions d’hectares. Les analystes avaient anticipé un total de 38,5 millions d’hectares.

Cette différence est d’autant plus surprenante que les conditions d’ensemencement ont été plus que satisfaisantes en 2020, après une année 2019 compliquée par une météo capricieuse.

Pour Bill Nelson de Doane Advisory Services, l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’activité agricole laissait envisager des chiffres plus bas que ceux annoncés en mars par les agriculteurs.

« Mais le déclin est bien plus important que n’importe qui n’aurait pu l’imaginer », fait remarquer Bill Nelson.

Des surfaces sous estimées aussi pour le blé d’hiver et le soja

Les surfaces consacrées au soja (33,9 millions d’hectares) et au blé d’hiver (12,4 millions d’hectares) se sont également établies également en dessous des attentes du marché. La pandémie est « un événement tellement extraordinaire » qu’il a été impossible de chiffrer correctement ses conséquences sur la production agricole aux États-Unis, avance Bill Nelson.

Dans un autre rapport, trimestriel, sur les stocks de produits agricoles, l’USDA a livré des chiffes supérieurs aux attentes pour le maïs et le blé et proches des estimations pour le soja.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en septembre, le plus échangé, a terminé mardi à 3,4150 dollars contre 3,2875 dollars lundi.

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 4,9175 dollars contre 4,8650 dollars à la précédente clôture.

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 8,8225 dollars contre 8,6150 dollars lundi.

AFP