Le maïs a quasi récupéré ses pertes de la veille, devant l’incertitude de l’ampleur des récoltes en attendant un rapport du ministère américain de l’Agriculture sur les prévisions d’offre et de demande, publié le 11 septembre 2020.

La météo sous surveillance

Le blé, en modeste recul, a souffert de perspectives « d’humidité venant du golfe du Mexique dans les 10 jours à venir », a relevé Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics and Consulting.

« Des conditions météo meilleures pour la zone de production de blé rouge du Texas, de l’Oklahoma et du Kansas seraient idéales juste avant de planter les prochaines cultures », a-t-il noté.

Ces facteurs climatiques et la force du dollar, dans lequel sont libellés les produits agricoles américains, sont « les deux facteurs qui pèsent sur les cours du blé », a ajouté ce Michael Zuzolo.

La Chine et les Philippines aux achats

Les cours du soja ont légèrement progressé, soutenus par deux commandes à l’exportation. Quelque 318 000 tonnes ont été commandées par la Chine pour livraison lors de la campagne de 2020-2021. Les Philippines ont aussi commandé 175 000 tonnes de tourteaux de soja.

Autre facteur de soutien, « les courtiers sont aussi préoccupés par les conditions météo et attendent de voir si les pluies vont rapidement se développer pour préserver la production », a souligné Michael Zuzolo.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé vendredi à 3,58 dollars, contre 3,5375 dollars la veille (+1,20 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,5025 dollars, contre 5,5325 dollars à la précédente clôture (–0,54 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 9,6800 contre 9,6600 jeudi (+0,21 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

En baisse sur Euronext, les céréales s’inquiètent de la crise sanitaire

Les céréales, blé comme maïs, étaient en net recul mercredi 28 octobre 2020 à la mi-journée, touchées comme l’ensemble des marchés par les inquiétudes liées aux mesures que doit annoncer l’exécutif dans la soirée, pour endiguer la progression de l’épidémie de coronavirus.