« Les températures et les conditions de développement des semis deviennent encore plus importantes car on entre dans la période de l’année où le maïs a le plus besoin d’humidité, explique Jack Scoville, de Price Futures Group. Des pluies sont tombées dans le Midwest après une semaine chaude et sèche. Ces bonnes conditions de développement devraient se poursuivre. »

Le soja à l’équilibre

Le soja a, quant à lui, fini proche de l’équilibre, le marché attendant la confirmation de rumeurs sur de possibles achats chinois. Selon des informations de presse, Pékin compte augmenter ses commandes de l’oléagineux américain, ainsi que celles de maïs et d’éthanol, pour respecter ses engagements de l’accord commercial préliminaire signé en janvier avec Washington.

Le blé rebondit

De son côté, le blé est reparti de l’avant après quatre baisses de suite. « Le blé tente un rebond alors que les ventes semblent s’être taries à Chicago, note Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. On devrait s’approcher de la mi-chemin en ce qui concerne les récoltes de blé d’hiver, un seuil qui, une fois franchi, permet généralement de relâcher la pression sur les prix. »

Les acteurs du marché prendront en effet connaissance en fin de journée d’un rapport hebdomadaire du gouvernement américain sur l’état d’avancement des semis et la qualité des récoltes. Les analystes s’attendent à ce que la part des cultures de maïs, de soja et de blé considérée comme « bonnes à excellentes » soit la même que la semaine précédente.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé lundi à 3,2825 dollars, contre 3,3250 dollars vendredi.

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 4,8950 dollars, contre 4,8525 dollars à la précédente clôture.

Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé à 8,7625 dollars, contre 8,7650 dollars vendredi.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, mais toujours au-dessus des 210 euros

Les prix du blé étaient en très léger recul, mercredi 25 novembre à la mi-journée, mais demeuraient bien campés au-dessus du seuil des 210 euros, dans un marché toujours soutenu par une forte demande et des inquiétudes climatiques, principalement sur le continent américain.