« Les inquiétudes liées au coronavirus vont probablement continuer à guider le marché à chaque fois qu’un nouveau vent de panique se met à souffler », a commenté Ryan Ettner, de la maison de courtage Allendale. Les acteurs du marché n’ont pu que constater la progression de l’épidémie de pneumonie virale : elle a débarqué en Amérique latine, jusqu’ici épargnée, entrant par le Brésil, tout en continuant à se propager en Europe et en Asie.

Les fonds spéculatifs « ont beaucoup parié sur la baisse »

Même dans ce contexte, les cours des céréales et du soja sont parvenus à limiter les dégâts « car beaucoup de fonds spéculatifs ont déjà beaucoup parié à la baisse sur les prix des produits agricoles et n’ont sans doute plus beaucoup de marge pour augmenter leurs mises », a estimé Dewey Strickler, de Ag Watch Markets Advisors.

Par ailleurs, « on va arriver au début de la saison des semis, dans le sud-est des États-Unis, et quand on regarde les marges actuelles, les prix ne peuvent pas descendre beaucoup plus si on veut que l’activité reste rentable », a-t-il ajouté. Les cours du soja ont aussi pu profiter « des rumeurs selon lesquelles l’Argentine pourrait augmenter ses taxes à l’exportation », a souligné Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. Ce qui rendrait le soja américain plus concurrentiel sur le marché mondial.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé mercredi à 3,7450 dollars, contre 3,7650 dollars à la précédente clôture (–0,53 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus actif, a fini à 5,3575 dollars, contre 5,3700 dollars mardi (–0,23 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé à 8,9200 dollars, contre 8,8825 dollars la veille (+0,42 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs en hausse sur le marché européen

Les prix du blé et du maïs étaient en hausse vendredi 22 octobre 2021 dans l’après-midi sur le marché européen, dans un contexte général très tendu et alors que la Banque mondiale n’attend pas d’accalmie sur les coûts de l’énergie avant le second semestre de 2022.