Le maïs a gagné 1,34 %, à 3,9650 dollars le boisseau, un sommet depuis un an pour ce type de contrat, et le soja a progressé de 1,17 %. Le maïs comme le soja ont profité de deux substantielles commandes à l’exportation de la part de la Chine : une de 420 000 tonnes de maïs et une autre de 264 000 tonnes de soja, a indiqué le ministère américain de l’Agriculture.

À lire aussi : Mer noire, la sécheresse stimule les exportations françaises de maïs (14/10/2020)

La Chine aux achats

« Ça aide quand la Chine passe quasi quotidiennement des commandes de maïs et de soja, cela démontre qu’on continue de bénéficier d’un soutien sous-jacent », a résumé Dax Wedemeyer, de US Commodities.

« Chaque fois que la Chine est sur le marché pour du maïs américain, c’est un + big deal + (bonne chose) et 400 000 tonnes, c’est une belle taille ! » a-t-il ajouté, soulignant que la Chine avait connu des problèmes, dus à des inondations, avec le stockage de son maïs.

Le blé repart à la hausse

Le blé est également reparti à la hausse (+0,46 %), après être resté stable la veille, alors que le temps sec prévaut toujours dans les plaines du sud des États-Unis et en Russie, ce qui tire les prix à la hausse.

La baisse du dollar a aussi aidé les cours parce qu’une dépréciation du billet vert rend moins chères les exportations libellées dans la monnaie américaine.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre, le plus actif, a terminé à 5,9675 dollars, contre 5,9400 dollars mardi, gagnant 0,46 %.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a fini à 3,9650 dollars, contre 3,9125 dollars la veille, grimpant de 1,34 %.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en novembre, le plus échangé, a conclu à 10,5625 dollars, contre 10,4400 dollars mardi, une avancée de 1,17 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, mais toujours au-dessus des 210 euros

Les prix du blé étaient en très léger recul, mercredi 25 novembre à la mi-journée, mais demeuraient bien campés au-dessus du seuil des 210 euros, dans un marché toujours soutenu par une forte demande et des inquiétudes climatiques, principalement sur le continent américain.