« On a appris que la production hebdomadaire d’éthanol avait affiché un sommet depuis trois ans », a indiqué Dewey Strickler, d’Ag Watch Market Advisors alors que le maïs est en partie utilisé pour produire ce carburant renouvelable. « Cela a entraîné aussi à la hausse les cours du blé et, dans une moindre mesure, du soja, voilà toute l’explication », a résumé l’analyste.

Les stocks d’éthanol régressent

Le cours du maïs a conclu en augmentation de plus de 2,60 % à un plus haut niveau depuis plus de deux mois. Selon le département de l’énergie, la production hebdomadaire d’éthanol a culminé à 1,106 million de barils par jour, la deuxième plus forte production hebdomadaire depuis décembre 2017.

Et en dépit de cette augmentation de la production, les stocks d’éthanol sont en diminution à 19,925 millions de barils, ce qui poussait encore le cours du maïs à la hausse.

Alors que la saison des plantations commence en Amérique du Sud pour le maïs et le soja, les opérateurs surveillaient par ailleurs le climat sec en Argentine tandis que les conditions météorologiques sont pour l’instant favorables au Brésil, a noté M. Strickler.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre a avancé de 0,99 %, à 7,5975 dollars, contre 7,5225 dollars mardi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre a bondi de 2,53 %, à 5,5725 dollars, contre 5,4350 à la clôture précédente.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a grappillé 0,18 %, à 12,4975 dollars, contre 12,4750 dollars la veille.

AFP