« Pour le blé, il y a une meilleure demande à l’exportation, mais je pense que les froides températures prévues en Russie pour les quinze prochains jours ont été un facteur ayant contribué à la hausse » du cours, a estimé Dan Cekander, de DC Analysis. Le cours du blé a grimpé de 1,50 %. Ce temps froid « signifie que c’est plus difficile pour le blé de germer et de s’établir avant l’hiver », ajoute-t-il.

À lire aussi : Bientôt la fin de la récolte du maïs grain en France (02/11/2020)

Beau temps aux États-Unis pour la récolte de maïs

Le maïs, pour sa part, a légèrement reculé de 0,25 % alors qu’on aborde la dernière semaine de récolte aux États-Unis. Dans les plaines américaines, « le temps est au beau, pas de pluie à l’horizon, cela va être une grosse semaine de récolte », a indiqué Dan Cekander. « S’il y a une semaine où les agriculteurs veulent vendre, c’est maintenant », ce qui entraîne une baisse des cours, selon lui.

L’annonce par le ministère de l’Agriculture américain d’une commande de maïs à l’exportation, pour 204 000 tonnes vers une destination inconnue n’a guère aidé le cours. Le prix du soja a fléchi aussi (–0,37 %) alors que des prévisions de temps humide dans les régions productrices du Brésil sont favorables aux récoltes, donc moins aux prix.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre, le plus actif, a terminé à 6,0750 dollars, contre 5,9850 dollars vendredi, en hausse de 1,50 %.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a fini à 3,9750 dollars, contre 3,9850 dollars, vendredi, en retrait de 0,25 %.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier, désormais le plus échangé, a conclu à 10,5225 dollars, contre 10,5625 dollars à la fin de la semaine dernière, en repli de 0,37 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, mais toujours au-dessus des 210 euros

Les prix du blé étaient en très léger recul, mercredi 25 novembre à la mi-journée, mais demeuraient bien campés au-dessus du seuil des 210 euros, dans un marché toujours soutenu par une forte demande et des inquiétudes climatiques, principalement sur le continent américain.