Comme à Paris sur Euronext, les cours du blé se replient « face à l’attente d’une offre mondiale dépassant les anticipations », a souligné Jim Warren, de CHS Hedging. Le cabinet russe Ikar a notamment relevé sa précédente estimation sur la récolte en Russie de 1,5 million de tonnes, à 79,5 millions de tonnes, rapporte-t-il. Selon les prévisions d’analystes, la récolte brésilienne pourrait par ailleurs atteindre un nouveau record, ajoute Jim Warren.

Des prévisions météo favorables au maïs et au soja

Les cours du maïs et du soja, de leur côté, « profitent de prévisions météorologiques pour la majeure partie de la semaine à venir plus sèche que prévu aux États-Unis », remarque Brian Hoops, de Midwest Market Solutions.

Dans la partie occidentale de la principale zone de production de maïs, les prévisions « font état de températures plus élevées et de précipitations en dessous des normales saisonnières pour les six à dix prochains jours, ajoute-t-il. Cela incite les investisseurs à intégrer une prime aux prix ».

Le système recensant au quotidien les plus gros achats de produits agricoles américains par des acheteurs étrangers a par ailleurs fait état d’une commande de 260 000 tonnes de soja pour une destination inconnue.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé lundi à 3,2850 dollars, contre 3,2700 dollars vendredi (+0,5 %).

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 5,2100 dollars, contre 5,3125 dollars à la précédente clôture (–1,9 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 8,9625 dollars, contre 8,9250 dollars vendredi (+0,4 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les doutes sur la demande font reculer le blé sur Euronext

Les prix du blé reculaient ce lundi 28 septembre 202 en fin de journée, gagnés par les interrogations sur le niveau de demande dans les mois à venir dans un contexte de durcissement des restrictions destinées à enrayer la pandémie de coronavirus.