Les prévisions d’averses dans les régions productrices de maïs et de soja de l’Amérique du Sud (essentiellement au Brésil et en Argentine) laissent désormais envisager des récoltes abondantes après quelques frayeurs créées par une sécheresse persistante. Du côté du blé, le Canada a publié jeudi des chiffres bien plus élevés que prévu sur ses récoltes en 2020.

Révision de production à la hausse

Cela s’ajoute à une révision à la hausse des estimations sur la production de blé en Australie.

Selon des données du gouvernement australien diffusées au début de la semaine, la récolte de cette année dans le pays devrait en effet être la deuxième plus importante depuis que les volumes sont calculés.

Ces indicateurs positifs pour l’offre contrastent avec de multiples signaux inquiétants pour la demande américaine. L’annonce vendredi par le gouvernement américain d’une commande de 182 000 tonnes de maïs par le Mexique n’a pas franchement rassuré les courtiers et les investisseurs.

« Il s’agit d’une déception pour le marché, qui attend des ventes de maïs et de soja vers la Chine, explique Brian Hoops, de la maison de courtage Midwest Market Solutions. Malheureusement, nous n’avons pas observé ce genre de mouvement vers notre client numéro un », ajoute-t-il.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars, le plus actif, a terminé à 5,7550 dollars, contre 5,8450 dollars la veille, reculant de 1,54 %.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a fini à 4,2050 dollars, contre 4,2650 dollars à la dernière clôture, en baisse de 1,41 %.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier, le plus échangé, a terminé à 11,6300 dollars, contre 11,6825 dollars jeudi, perdant 0,45 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé et maïs, en baisse, corrigent les hausses des derniers jours

Le blé comme le maïs étaient en nette baisse, le mercredi 20 janvier 2021 à la mi-journée, poursuivant un mouvement de prise de profits entamé la veille, à la suite de Chicago.