« Les averses qui avaient été anticipées dans les régions productrices américaines ainsi qu’en Ukraine et en Russie ne sont désormais plus prévues, note Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. Ces zones devraient rester essentiellement sèches, ce qui va causer des dégâts pour le blé d’hiver qui a été planté. » L’Argentine doit elle aussi faire face à des conditions météorologiques compliquées.

Une demande mondiale soutenue

La demande mondiale en blé reste, quant à elle, soutenue, ce qui tire les prix vers le haut. Des données de FranceAgriMer ont ainsi montré mercredi que les ventes hexagonales vers la Chine avaient presque triplé cette saison.

Le soja a fini en hausse, notamment porté par une commande de 261 000 tonnes passée par Pékin aux États-Unis.

Le maïs s’est apprécié « grâce à la perspective que les ventes vers la Chine augmentent après les soucis de production auxquels le pays a dû récemment faire face », observe Ben Potter, de Farm Futures, qui rappelle que plusieurs cyclones ont endommagé les cultures du pays ces derniers mois.

Les acteurs du marché prendront connaissance vendredi des chiffres hebdomadaires du gouvernement américain sur les ventes à l’exportation de produits agricoles, publié un jour plus tard que d’ordinaire en raison du lundi férié aux États-Unis.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre, le plus actif, a terminé à 6,1825 dollars, contre 5,9675 dollars mercredi, gagnant 3,60 %.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a fini à 4,0325 dollars, contre 3,9650 dollars la veille, prenant 1,70 %.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en novembre, le plus échangé, a conclu à 10,6225 dollars, contre 10,5625 dollars mercredi, une avancée de 0,57 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé corrige, sous l’effet de nouvelles climatiques

Les prix du blé étaient en baisse, ce lundi 26 octobre 2020 après-midi, sous l’effet notamment de bonnes nouvelles sur le front du climat aux États-Unis et en Russie et des craintes concernant l’évolution de la situation sanitaire en France.