Des pluies torrentielles se sont abattues ces derniers jours sur les États australiens du Queensland et de la Nouvelle-Galles, deux régions de culture du blé en Australie. Des images diffusées par des médias locaux montrent des champs sous l’eau, tandis que des fermiers font état des plus graves inondations qu’ils aient jamais connues.

À lire aussi : Tension sur le bilan mondial du blé tendre (22/11/2021)

Des pluies torrentielles

« Par rapport à ce que nous savions la semaine dernière, la situation s’est aggravée », a expliqué Michael Zuzolo, analyste en chef pour Global Commodity Analytics and Consulting. « Et il semble beaucoup plus improbable qu’ils (l’Australie) soient capables d’exporter les 24,5 millions de tonnes de blé à cause de ces inondations », a-t-il prévenu, en référence aux dernières estimations du ministère américain de l’Agriculture (USDA).

Dans l’édition de novembre de son rapport Wasde, l’USDA classait ainsi l’Australie au neuvième rang mondial des exportateurs mondiaux dans ses prévisions pour la saison 2020-2021.

Déjà enflammé par une production inférieure aux attentes dans plusieurs régions du monde, notamment aux États-Unis et au Canada, le prix du blé a donc encore bondi lundi jusqu’à 8,5950 dollars le boisseau, pour la première fois depuis le début de décembre 2012.

Place au temps sec

Toujours dans la catégorie météo, le marché s’est aussi crispé un peu plus avec les nouvelles prévisions d’un modèle de moyen terme, qui ne prévoit plus de pluies ou de neige dans le Midwest et les plaines du Nord, principales zones de culture du blé aux États-Unis.

Les prévisions tablent désormais sur un temps sec comme celui que connaît la région depuis plusieurs semaines, des conditions défavorables au blé.

Le soja était aussi bien positionné, tiré par l’huile de soja (+2,27 % lundi pour le principal contrat à terme) et le colza, qui s’est rapproché de son record absolu, atteint le 15 novembre dernier.

L’élan bénéficiait aussi au maïs, bien soutenu par le rebond des cours du pétrole, qui influent souvent sur son prix du fait de l’utilisation de la graminée dans certaines variétés d’éthanol.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars 2022 a bondi de 2,78 %, à 8,5750 dollars, contre 8,3425 dollars vendredi en clôture.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre a terminé en hausse de 1,05 %, à 5,7675 dollars, contre 5,7075 dollars.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a pris 0,87 %, à 12,7425 dollars, contre 12,6325 dollars à la clôture précédente.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en chute libre dans des marchés secoués par la pandémie

Les cours des céréales plongeaient vendredi 26 novembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, plombés par la crise sanitaire qui s’étend en Europe et après la découverte d’un nouveau variant en Afrique du Sud.