« Un temps sec à travers la planète a réduit les perspectives de rendement dans des régions clefs pour la production de blé, notamment l’Argentine, note Jacquie Holland, de Farm Futures Daily. Des prévisions de sécheresse en mer Noire et aux États-Unis sont également très présentes à l’esprit des courtiers. »

Un dollar favorable

Le blé a par ailleurs été soutenu par la faiblesse du dollar sur le marché des changes. Libellés dans la devise américaine, les prix du blé ont tendance à monter en cas de repli du billet vert.

Le maïs et le soja, qui restaient sur trois séances de hausse, ont pour leur part cédé du terrain malgré l’annonce par le gouvernement américain de commandes de l’étranger. 128 000 tonnes de maïs devraient être envoyées vers le Mexique et un total de 391 150 tonnes de soja ont été commandées par des acheteurs inconnus.

Les investisseurs ont également pris connaissance vendredi des chiffres hebdomadaires des ventes américaines à l’exportation, qui se sont établies dans la fourchette des attentes des analystes pour le blé, le maïs et le soja.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre, le plus actif, a terminé à 6,2525 dollars, contre 6,1825 dollars jeudi, gagnant 1,13 %. C’est son plus haut niveau à la clôture depuis décembre 2014.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a fini à 4,0200 dollars, contre 4,0325 dollars la veille, perdant 0,31 %.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en novembre, le plus échangé, a conclu à 10,5000 dollars, contre 10,6225 dollars jeudi, une baisse de 1,15 %.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé corrige, sous l’effet de nouvelles climatiques

Les prix du blé étaient en baisse, ce lundi 26 octobre 2020 après-midi, sous l’effet notamment de bonnes nouvelles sur le front du climat aux États-Unis et en Russie et des craintes concernant l’évolution de la situation sanitaire en France.