Les dernières cartes météo publiées « anticipent un temps plus chaud et sec dans les six à dix prochains jours », explique Brian Hoops de Midwest Market Solutions. De quoi inquiéter un peu les acteurs du marché alors que les plantes s’approchent de la période de pollinisation.

« On devrait quand même avoir de la pluie dans les cinq prochains jours sur la majeure partie du Midwest », nuance toutefois Mike Lung de la maison de courtage Allendale. « Et il ne faut pas oublier que les prévisions évoluent beaucoup dans tous les sens depuis le début de la semaine », ajoute-t-il.

Les cours du blé continuent de grimper

Les cours du blé coté à Chicago, de leur côté, sont surtout restés sur leur tendance : ils avaient grimpé de plus de 4 % mercredi alors que les récoltes s’annoncent un peu moins abondantes que prévu dans plusieurs grands pays producteurs, dont la France.

Les cours des produits agricoles ont également profité jeudi 9 juillet 2020, selon Brian Hoops, de mouvements techniques à la veille de la publication du rapport mensuel du ministère américain de l’Agriculture (USDA) sur les produits agricoles dans le monde.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé jeudi à 3,5700 dollars contre 3,5425 dollars la veille (+0,8 %).

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 5,2500 dollars contre 5,1650 dollars à la précédente clôture (+1,6 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 9,0150 dollars contre 8,9725 dollars mercredi (+0,5 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé sans entrain face à une offre mondiale abondante

Les cours du blé étaient en très légère baisse, vendredi 7 août après-midi, tiraillés entre une production européenne en repli et une offre mondiale attendue en abondance.