Dans un communiqué de presse paru le 1er juillet 2021, la Confédération paysanne déplore les contraintes ajoutées au cahier des charges sur les préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP), publié le 17 juin 2021 à l’issu d’une consultation publique.

À lire aussi : Le cahier des charges des PNPP est publié (22/06/2021)

Le syndicat y était opposé à l’origine : « Nous demandions que toutes ces parties de plantes soient autorisées de manière pleine et entière, sans cahier des charges. C’est d’ailleurs ce que préconisait déjà un groupe de travail du ministère de l’Agriculture en 2001 », souligne ainsi la Confédération paysanne.

« Voir à l’usage sur le terrain »

Le syndicat illustre par quelques exemples les restrictions imposées : délais avant récolte de trois jours pour les préparations issues de procédés non thermiques, distances de non-traitement pour les huiles essentielles ou encore interdiction en usage « biostimulants » des huiles essentielles déjà approuvées en tant que produits phytopharmaceutiques.

« Il faudra donc voir à l’usage sur le terrain ce que le cahier des charges permet réellement.

La Confédération paysanne reste donc mobilisée pour faire vivre ces pratiques. »

Charlotte Salmon