Ce carburant, fabriqué à Origny-Sainte-Benoite, autre usine du groupe, est composé d’environ 95 % d’éthanol issu notamment de résidus provenant de la transformation de la betterave et de 5 % de dénaturant. Il « permet de faire rouler des poids-lourds, cars et bus équipés d’une motorisation adaptée, aujourd’hui produite exclusivement par le constructeur Scania », détaille Tereos, qui dit vouloir « décarboner le transport de betteraves ».

Bénéfices écologique et économique

Selon le groupe sucrier, « ce carburant permet de réduire les émissions de carbone fossile jusqu’à 88 % par rapport au diesel (étude de l’Ademe, 2018), un score encore meilleur que le biogaz ». Tereos présente l’ED 95 comme un biocarburant permettant de soutenir la production alimentaire et de conforter la betterave dans l’assolement des exploitations agricoles.

« Cette filière durable favorise la création d’emplois non délocalisables et soutient le revenu des agriculteurs en diversifiant les débouchés dans un contexte de plus grande volatilité des cours mondiaux du sucre », déclare Valérie Corre, directrice des affaires réglementaires relatives à pour l’alcool et l’éthanol en Europe chez Tereos.

Flotte de 50 véhicules

Tereos prévoit d’ouvrir sur son site d’Escaudoeuvres une pompe pour l’ED95 « avec une cuve de 70 000 litres pouvant alimenter a minima une flotte de 50 véhicules ». « Cette initiative est importante pour encourager les transporteurs à passer à l’ED95 et pourrait être dupliquée sur d’autres sites Tereos », estime le sucrier.

I.E.