Christophe Thibault, horticulteur au Plessis-Grammoire (Maine-et-Loire), près d’Angers, a accueilli le 22 mai 2020 la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, ainsi que des représentants de la FNPHP (Fédération nationale des producteurs de l’horticulture et des pépinières). À quelques jours d’une rencontre avec les ministres de l’Agriculture et de l’Économie, leurs revendications portent sur la compensation des « pertes considérables » de la filière dues au Covid-19.

Perte de chiffre d’affaires et destruction

À cause de l’épidémie de Covid-19 et de la fermeture des jardineries, « nous avons perdu 70 % de notre chiffre d’affaires en mars et 50 % en avril. Cela représente un manque à gagner de 700 000 € sur un chiffre d’affaires total de 1,8 million d’euros. Aujourd’hui, nous avons besoin d’une solution d’avenir et de l’aide de l’État », ont expliqué Christophe Thibault et son associé, à la tête de 4,5 ha de serres.

Avec 266 entreprises horticoles et un chiffre d’affaires cumulé de 330 millions d’euros, l’économie des Pays de la Loire paie un lourd tribut au Covid-19. Selon la FNPHP, la perte de chiffre d’affaires s’y est élevée, entre le 16 mars et le 10 mai, à 34,5 millions d’euros. Une somme à laquelle il faut ajouter 9,5 millions d’euros de frais de destruction.

Anne Mabire