Ce contrat « inédit et attractif » a été présenté aux planteurs de Roye et d’Etrépagny au cours de six réunions organisées depuis le 17 juin 2019. « Après les annonces de restructuration pour renforcer la compétitivité de notre segment en sucre dans un contexte de forte dégradation des prix, nous souhaitons aborder avec vous notre avenir commun », a précisé Thierry Desesquelles, directeur betteravier de Saint Louis Sucre.

« La demande de visibilité exprimée par les planteurs au cours des derniers mois a été prise en compte, assure Saint Louis Sucre dans un communiqué. L’industriel assure être le seul « à acheter la betterave entière, ce qui signifie 7,5 % de volumes achetés en plus sur lesquels s’appliquent le prix des betteraves mais aussi toutes les primes et indemnités ».

Appliqué sur 70 % des betteraves contractées

Ce prix garanti est un prix tout inclus (pulpes, primes et indemnités comprises). Il s’appliquera « sur 70 % des betteraves contractées, les 30 % restantes étant payées au prix SZ4, c’est-à-dire corrélé au prix de vente du sucre des 4 filiales du groupe Südzucker comme dans les contrats antérieurs, selon une grille transparente figurant dans le contrat, détaille Saint Louis Sucre. Si le prix de vente du sucre SZ4 dépasse 420 €/t, la grille deviendra plus intéressante que le prix garanti ; c’est alors le prix SZ4 qui s’appliquera. »

En 2018, le prix moyen des betteraves était de 20,47 €/t à 16° en betteraves entières, soit 22,01 €/t à 16° en équivalent forfait collet.

Premier acompte majoré si production dans la durée

Autre proposition de Saint Louis Sucre : le premier acompte sera majoré, il passera de 12,50 € la tonne aujourd’hui à 13,50 €. En contrepartie, « le planteur s’engagera à respecter le contrat (notamment à emblaver les surfaces correspondant aux volumes contractés) et à produire dans la durée les volumes contractés, c’est-à-dire à renouveler en année n+1 (à ± 10 % près pour tenir compte du parcellaire) les tonnages de l’année précédente. »

« Une enquête va être adressée aux planteurs dans les prochains jours pour connaître leurs intentions, précise le communiqué. Sur la base des résultats de cette enquête, des volumes à produire seront proposés à chaque planteur dans les semaines qui suivront. »

50 millions d’euros investis à Roye et Etrépagny

Du côté industriel, « des investissements importants sont prévus à court terme pour conforter les capacités de stockage de Saint Louis Sucre et améliorer la compétitivité des usines de Roye et d’Etrépagny », annonce aussi le sucrier.

« Le groupe Südzucker a la volonté d’investir 50 millions d’euros à Etrépagny et Roye dans les prochaines années pour contribuer à renforcer davantage la performance de ces deux sucreries, notamment sur le plan énergétique », détaille Saint Louis Sucre.

I.E.