La France est le premier producteur européen d’alcool agricole (25 % de la production). Son utilisation pour la fabrication de gels hydroalcooliques, qui représentait moins de 1 % du total, a été multipliée par 5, voire 10. 60 % des utilisations de cet alcool sont destinées au carburant. Seulement, la consommation d’essence en France a chuté de plus de 75 %, avec le confinement, expliquent les syndicats de la filière. Cette situation place les producteurs d’alcool français dans une situation très critique de surproduction et de besoins de stockage. »

Stocks records aux États-Unis et au Brésil

Une situation qui se retrouve partout en Europe (6 % de la production mondiale d’éthanol) et surtout chez les deux principaux pays producteurs d’alcool agricole, les États-Unis (plus de 50 % de la production) et le Brésil (près de 30 % de la production).

« Aux États-Unis et au Brésil, les stocks atteignent des niveaux records. Face à cette situation, la filière française du bioéthanol prévoit, mécaniquement, l’arrivée massive d’éthanol provenant de ces deux pays sur le marché européen, à brève échéance », écrivent les organisations.

Elles demandent ainsi le soutien de la France pour obtenir « des mesures de sauvegarde rapides au niveau européen » pour « empêcher une crise après la crise dont les producteurs français auraient beaucoup de mal à se relever. »

À lire aussi : Le Covid-19 fait fondre les cours du sucre (03/04/2020)

I. Escoffier