Les risques pour les consommateurs liés à la présence de résidus de pesticides dans les aliments sont actuellement évalués substance par substance. « Cependant, un certain nombre de pesticides présentent des effets similaires et leur impact sur la santé humaine pourrait être plus important s’ils sont combinés », introduit l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, dans une note du 29 avril 2020.

Combler un manque d’information

« Le règlement de l’Union européenne sur les limites maximales de pesticides dans les aliments (LMR) stipule que les décisions sur les LMR doivent tenir compte des effets cumulés des pesticides lorsque des méthodes permettant d’évaluer ces effets sont disponibles, rappelle l’Efsa. En outre, le règlement relatif à la mise sur le marché de pesticides stipule que les pesticides ne devraient pas avoir d’effet nocif — y compris les effets cumulés — sur l’homme. »

L’Efsa a ainsi réalisé deux évaluations pilotes des risques liés aux résidus de pesticides : l’une sur deux effets chroniques sur le système thyroïdien, et l’autre sur deux effets aigus sur le système nerveux. Elles ont été menées en collaboration avec l’Institut national de la santé publique et de l’environnement des Pays-Bas (RIVM).

Exposition cumulée aux résidus sans danger

Pour les deux évaluations, l’Efsa a conclu que « le risque que représente pour le consommateur l’exposition cumulée à ces résidus par l’intermédiaire de l’alimentation est, avec des degrés variables de certitude, inférieur au seuil qui requiert une action réglementaire telle que définie par les gestionnaires du risque de la Commission européenne et des États membres de l’Union européenne ».

Des évaluations couvrant les effets des pesticides sur d’autres organes et d’autres fonctions du corps suivront dans les années à venir. L’Efsa définit actuellement un plan de mise en œuvre complet de ces travaux avec la Commission européenne.

Méthodologie

L’Efsa a fondé ses conclusions sur les données collectées par les États membres de l’UE dans le cadre de la surveillance officielle des résidus de pesticides dans les aliments en 2014, 2015 et 2016. Les substances considérées dans les évaluations ont été identifiées par les experts en pesticides de l’Efsa sur la base d’une méthodologie spécialement conçue pour classifier les pesticides en « groupes d’évaluation cumulative ».

> À lire aussi : Résidus de pesticides : 95,5 % des échantillons sont dans les limites légales (08/04/30)

J. Papin