De plus en plus de projets d’agriculture en zone urbaine voient le jour, et avec eux les inquiétudes sur les risques sanitaires que peut entraîner la présence d’éléments traces métalliques (ETM). Tant au niveau de la consommation des productions agricoles que de l’ingestion de sol et de poussières. Pour mettre en place une méthodologie d’analyse et de gestion des risques pour la santé humaine, des chercheurs de l’Inra et d’AgroParisTech ont travaillé ensemble sur le projet Refuge (Risques en fermes urbaines : gestion et évaluation).

Ils ont mis en place une méthodologie en trois étapes :

  • Caractériser la pollution au travers de différentes approches : analyse des sols, substrats et productions agricoles, étude de la structure physico-chimique des sols, de la mobilité et de la biodisponibilité des ETM, élaboration de scénarios d’exposition pour les personnes amenées à fréquenter le site.
  • Élaborer un plan de maîtrise sanitaire (PMS) pour identifier les moyens à mettre en œuvre afin de prévenir ou limiter les risques précédemment identifiés pour les usagers.
  • Accompagner les porteurs de projets dans la communication sur la problématique de pollution, à destination des adhérents des associations et du grand public.

L’outil est à destination des décideurs publics, les aménageurs et les porteurs de projet en agriculture urbaine. Ils se « sentent souvent démunis », indique l’Inra dans son communiqué de presse, face à « une réglementation quasi inexistante ».

H.P.