Le Comité national de l’agriculture biologique (Cnab) avait tranché le 11 juillet 2019 : le recours aux serres chauffées en agriculture biologique est autorisé en France, à condition d’utiliser des énergies renouvelables, mais la vente des produits est interdite du 21 décembre au 30 avril.

« Nous n’avons pas vu de désorganisation du marché l’an passé lié à cette réglementation, notamment en tomate bio, produit phare, affirme Sébastien Bruand, le secrétaire national légumes de la Fnab (Fédération nationale de l’agriculture biologique). Cette nouvelle grille de lecture du cahier des charges bio visait à réguler la production sous serres chauffées avant qu’elle ne prenne de l’ampleur. »

À lire aussi : Agriculture biologique, « pas de serres chauffées en bio » (04/04/2019)

2020, une année particulière

« Il semblerait que des producteurs ont décalé leur calendrier de production, pour faire en sorte que les volumes soient sur le marché à partir du 1er mai, nuance Isabelle Jusserand, du service de l’économie d’Interfel, l’interprofession des fruits et légumes. Cela a créé un afflux de produits, ce qui a probablement un peu déséquilibré le marché. La campagne de la tomate bio en 2020 a commencé sur des niveaux de cours plutôt bas. »

« Nous n’avons pas le recul aujourd’hui pour expliquer si cela est conjoncturel et lié à cette année 2020 particulière, avec le décalage des calendriers, ou si cela est plus structurel, auquel cas il faudra plusieurs années pour comprendre et démêler les différents facteurs », indique-t-elle.

Isabelle Jusserand souligne le contexte particulier de mai 2020, période de déconfinement à cause de la pandémie de Covid. « Après une forte consommation de produits frais à domicile pendant le confinement, cette période marque la reprise des habitudes. La forte baisse de demande du marché de la restauration hors domicile a aussi ralenti l’ensemble du marché de la tomate, alors que ce produit est très distribué en frais sur ce segment. Cela explique pourquoi la tomate, parmi tous les produits concernés par la nouvelle réglementation, est celui qui a été le plus touché. »

À lire aussi : Serres bio chauffées, la décision du Cnab ne fait pas l’unanimité (15/07/2019)

« Pas de tomates hors saison »

« Produire avant le 1er mai et attendre pour vendre n’est pas l’esprit de la réglementation, qui veut qu’on ne produise pas de tomates hors saison, déplore Sébastien Bruand. Si le marché se déstructure, ce n’est pas lié au fait que la réglementation est mauvaise, mais que les producteurs la contournent, tout en respectant les dates. Pour nous, la saison de la tomate française commence en juin, jusqu’en novembre. Un compromis a été trouvé et a fixé la date du 1er mai. »

« Cela ne veut pas dire qu’une tomate bio ne peut pas être vendue en France, soulève-t-il. On peut trouver des tomates espagnoles avant par exemple. On espère que les autres pays s’inspireront de l’exemple français, et commenceront à réglementer le chauffage de serres hors saison pour les produits bio. Il faut développer l’agriculture biologique, mais pas en la transformant : elle doit garder ses valeurs. »

À lire aussi : Serres chauffées : les consommateurs pas assez informés (06/05/2020)

Justine Papin