Pendant le confinement, les Français ont mis des pommes de terre au menu. Entre le 20 avril et le 17 mai 2020, les acheteurs de pommes de terre fraîches ont été plus nombreux (+8 %) avec une augmentation des achats de 24 % par rapport à l’année dernière à la même période, indique le CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre) le 16 juin 2020.

Boom du commerce en ligne

Les achats via les commerces en ligne ont explosé : + 129 % comparé à 2019. Magasins de proximité et supermarchés tirent également leur épingle du jeu, affichant respectivement + 40 % et + 21 % de ventes pendant la période. « Les enseignes à dominante marques propres performent également, de + 63 %, grâce notamment aux opérations sur les gros formats de conditionnement », précise le CNIPT.

Gros formats prisés

Les Français ont préféré les produits conditionnés (+28 % de ventes) plutôt que le vrac (+4 %) et en particulier les gros lots de 10 kg ou plus, dont les achats ont fait un bond de + 248 % par rapport à l’année dernière. La hausse est aussi valable pour les formats de 2,5 kg (+20 %) et les 1 ou 2 kg (+10 %). « La croissance des petits formats est liée à une part considérable de produits de saison présents depuis le début de mai, c’est-à-dire les primeurs », explique l’interprofession.

Le prix moyen au kg est néanmoins en recul de 11 % par rapport à avril-mai 2019, à 1,14 €/kg. « En cumul depuis le début de la campagne, soit sur la période du 12 août 2019 au 17 mai 2020, les quantités achetées par les ménages ont progressé de 6,3 % dans tous les circuits de distribution (+7 % en GMS), par rapport à la même période en 2018-19 », conclut le CNIPT.

> À lire aussi : Pour compenser la crise : La filière de la pomme de terre obtient une aide (10/06/2020)

Justine Papin