« CultivonsNous.tv n’est pas une chaîne dogmatique pour bobos écolos comme certains agriculteurs ont pu le redouter. Quand on est trop militant, on est rarement audible. Et surtout, je suis persuadé que tous les modèles agricoles doivent coexister, soutient Édouard Bergeon. Alors évidemment, je suis en faveur des bonnes pratiques, mais elles peuvent se traduire de très nombreuses manières. Notre objectif est de faire en sorte que les échanges entre le monde agricole, les ruraux et les urbains, se poursuivent. »

Avec Alchimie, l’éditeur et distributeur de chaînes thématiques, Édouard Bergeon a lancé, le 29 avril 2020, la chaîne thématique CultivonsNous.tv, une chaîne OTT (over the top), accessible par internet, smartphone ou téléviseur connecté, en-dehors des bouquets télé proposés par les opérateurs traditionnels.

Pour donner à mieux comprendre le chemin des produits que nous consommons.Édouard Bergeon, réalisateur

« C’est une sorte de Netflix agricole, explique-t-il. Un sillon que je creuse depuis plus de quinze ans, à travers des reportages, des magazines, des documentaires et, plus récemment, mon film Au nom de la terre ».

Ce lancement arrive aussi à la suite de nombreux débats partagés ces derniers mois avec le grand public. « Notre but est de poursuivre le dialogue avec les citadins, à travers des portraits de celles et ceux qui nous nourrissent, des documentaires sur les pratiques agricoles et des reportages sur le bien-manger et le bien-boire. En résumé, c’est donner à découvrir et à mieux comprendre le chemin des produits que nous consommons, du champ à l’assiette. »

Replacer l’agriculture à sa juste place

« Le grand public a été injuste avec ses agriculteurs, poursuit Édouard Bergeon. Les critiques sont tombées à un moment donné comme des coups. Mais cette période de pandémie rappelle qu’un pays n’est pas grand-chose sans autonomie alimentaire et sans ses paysans. Je sais que ça reste compliqué d’expliquer ce qu’est le métier.

Même les grands chefs parlent toujours de « petits producteurs », alors que la France compte près de 800 000 travailleurs dans les fermes, de grands élevages, de grandes cultures et des circuits de toutes les tailles. Il existe beaucoup de confusions autour de cela. On me demande souvent : « Pourquoi les agriculteurs ne font-ils pas tous du bio ? Ou de la vente directe ? » À travers CultivonsNous.tv, nous tentons d’y répondre.

Avec l’acteur Guillaume Canet

La chaîne agrège des contenus tournés dans le monde entier, aussi informatifs que ludiques. Elle propose, par exemple, le programme « Arrive en campagne » qui, à travers les pérégrinations d’une famille urbaine venue travailler dans une ferme, met en avant des produits locaux. Elle s’adresse aussi aux enfants, sous la catégorie à venir de « Jeunes pousses ».

Sous la rubrique « Ma vie de paysan 2.0 », des agriyoutubers notamment, ont accepté de participer à l’aventure en diffusant leurs vidéos. Il existe également des documentaires sur la financiarisation de la nature ou encore la gestion de l’eau. La palette est large. « Nous réfléchissons aussi à une future production autour d’un dîner entre personnalités, agriculteurs, chefs cuisiniers et de bons produits ».

Parrainée par Guillaume Canet, la chaîne qui propose aujourd’hui cinquante heures de programmes, est accessible sur tous les écrans par abonnement dont un euro est reversé à l’association Solidarité Paysans.

À lire aussi : « Les gens doivent nous prendre pour des fous » (20/09/2019)

À lire aussi : « Au nom de la terre », un choc qui change le regard sur l’agriculture (22/11/2019)

Rosanne Aries