Ségolène Royal annonçait lors de la conférence de rentrée sur « les actions pour la croissance verte » le 4 septembre 2014 un appel à projets de 1.500 méthaniseurs.

Le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie explique ainsi vouloir accélérer la transition énergétique vers les énergies renouvelables et « améliorer le traitement des déchets organiques » pour atteindre « le rythme de 40 nouveaux projets par mois (contre 10 aujourd'hui) ». Un levier supplémentaire aussi pour atteindre les objectifs du fameux plan EMAA (1) : 1.000 méthaniseurs à la ferme d'ici à 2020.

Cet appel à projets, d'une durée de trois ans (2014-2017), s'adresse aux porteurs de projets du monde agricole, de l'industrie, de l'agroalimentaire ou aux collectivités. Il devra permettre une aide financière sur l'étude de faisabilité et une aide au diagnostic territorial pour les collectivités. Pour cela, il est prévu un appui de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et jusqu'à 50.000 euros d'aide.

Enfin, l'appel à projets prévoit aussi un accompagnement des services de l'Etat pour l'instruction des démarches réglementaires et des gestionnaires de réseaux pour le raccordement.

Enfin, les projets de méthanisation qui seront réalisés pourront bénéficier des aides à l'investissement via le fonds déchet ou le fonds chaleur, et des tarifs d'achat de l'électricité ou du biométhane injecté. La déclaration d'intérêt se réalise sur le site internet du ministère. L'appel à projet sera clôturé le 4 septembre 2017.

V.G.