Ces mesures sont partagées en deux blocs :

  • Un bloc pour « faire bouillir la marmite », un ensemble d’aides destinées aux foyers agricoles (prime d’activité et RSA, aides sociales, service de remplacement gratuit pour quelques jours…) ;
  • Un bloc « faire tourner la ferme» consacré à des mesures d’aide aux exploitations (aides à la trésorerie, aides Pac, aides à la production, prise en charge de cotisations forfaitaires…).

Le financement serait assuré par une « contribution des responsables de la crise (agroalimentaire, grande distribution, assurances, banques, coopératives…) et l’État, ont expliqué Laurent Pinatel, Patrick Baron, Josian Palach et Jean Cabaret, les représentants de la Confédération paysanne.

Le syndicat estime que la moitié au moins des agriculteurs pourraient bénéficier des mesures d’aides qu’il propose.

E.C.