Les prix des denrées alimentaires demeurent élevés malgré une production mondiale de céréales record attendue cette année, s'est inquiétée jeudi la FAO (Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture).

Ses dernières prévisions indiquent des récoltes céréalières mondiales proches de 2,2 milliards de tonnes en 2008, soit une hausse de 3,8% par rapport à 2007. Les productions d'huiles végétales, de sucre, de viande et de produits laitiers sont également prévues en augmentation.

Néanmoins, selon la dernière édition du bulletin "Perspectives de l'alimentation" de la FAO, la facture d'importations alimentaires des pays à faible revenu et à déficit vivrier devrait s'élever, en 2008, à 169 milliards de dollars, soit 40% de plus qu'en 2007.

L'Organisation qualifie cette situation de «préoccupante» pour les pays vulnérables et estime que, d'ici à la fin de 2008, le panier annuel d'importations alimentaires de ces pays pourrait coûter quatre fois plus cher qu'en 2000.

«Les cours internationaux de la plupart des denrées agricoles de base ont commencé à baisser, mais il est peu probable qu'ils retombent aux bas niveaux des années précédentes», précise le rapport.

L'indice des prix alimentaires de la FAO est demeuré stable depuis février 2008, mais la moyenne des quatre premiers mois de l'année reste encore supérieure de 53% à la même période de l'année dernière.

«Pour faire face, il faut que la production de denrées augmente de 50% d'ici à 2030», a affirmé Hafez Ghanem, sous-directeur général de la FAO, estimant que les Etats et les institutions internationales devaient «augmenter leurs investissements dans l'agriculture afin d'améliorer la productivité».

Une conférence des chefs d'Etat et de gouvernement est prévue du 3 au 5 juin 2008 au siège de la FAO à Rome pour affronter le problème de l'envolée des prix, les enjeux du changement climatique, des biocarburants et de la sécurité alimentaire.