En mai 2017, le prix d’achat des intrants a reculé de 0,7 %, après deux mois de stabilité. C’est ce qu’annonce le ministère de l’Agriculture dans une note Agreste. L’énergie et les lubrifiants sont moins chers de 3,5 %, pour la deuxième fois depuis le début de l’année. Les cours étaient légèrement haussiers le mois précédent. Après une brève stabilisation en mars, le prix d’achat des aliments pour animaux s’est légèrement replié, de 0,3 %. Du côté des engrais et amendements, les chiffres perdent 2 %, en rupture avec les hausses observées sur les quatre premiers mois de l’année.

Alimentation animale

La production nationale d’aliments composés pour les animaux de ferme progresse en mai de 3,3 % par rapport à la même période en 2016. Mais elle recule depuis le début de l’année, de 0,3 %. « La baisse des aliments à destination des porcs et des volailles, respectivement de 3,3 % et 1 %, est quasi compensée par la hausse à destination des bovins : 3,5 % », précise le ministère.

Bovins : la production d’aliments composés, incluant la production totale de mash, est en hausse par rapport à mai 2016. En cumul de janvier à mai, la demande est plus tonique en vaches laitières (2,1 %) comme en gros bovins (6,8 %). « En effet, en raison d’un manque d’eau, la pousse d’herbe est ralentie, rappelle la note Agreste. Le recours aux aliments industriels est alors privilégié. »

Porcs : la production frémit à la hausse, de 0,5 %. En cumul sur les cinq premiers mois de l’année, elle est en recul par rapport à 2016, en particulier pour les truies, qui perdent 1,4 %, et surtout les porcs à l’engrais dont les chiffres chutent de 4,4 %.

Volailles : les aliments composés voient leur production progresser de 1,5 %, principalement sous l’effet d’une hausse à destination des palmipèdes, à 16,9 %. Une situation qui s’explique par le redémarrage de la filière du canard après l’arrêt de la production à la suite de la propagation du virus H5N8. « La hausse de la fabrication d’aliments pour poulets et pondeuses, avec respectivement 2 % et 1,9 %, contribue également à la bonne tenue des aliments pour volailles pour ce mois de mai, indique le ministère. En cumul depuis le début de l’année, la fabrication à destination des volailles a baissé de 1 % par rapport à 2016. »

Énergie et engrais

En mars 2017, après deux mois d’augmentation et malgré des prix stables, les livraisons d’engrais azotés ont diminué de 2,9 %. Sur un an, malgré le ralentissement de la baisse des prix, les livraisons sont en léger repli. Elles sont stables sur les neuf premiers mois de la campagne de 2016-2017.

Du côté des phosphates, les livraisons se replient de 13,4 % en mars par rapport à février, tandis que celles de potasse gagnent 4,4 % dans un contexte de prix en hausse. La situation s’inverse avec les données sur un an.

En mai, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord perd 4,1 % par rapport à avril. Le baril atteint 50,9 $ contre 53,1 $ le mois précédent, soit son plus bas niveau depuis le début de l’année. Le fioul domestique carburant voit également son cours reculer de 4,7 %, prolongeant la baisse amorcée en février 2017.